ASQAJAQ

2017

 

Pratique du kayak groenlandais (greenland kayak) au collège : apprendre à esquimauter en utilisant une pagaie groenlandaise pour s’imprégner des gestes oubliés (rolling) des chasseurs inuit - une expérience originale avec des élèves de troisième à saint-nazaire.

Pratique du kayak groenlandais (greenland kayak) au collège : apprendre à esquimauter en utilisant une pagaie groenlandaise pour s’imprégner des gestes oubliés (rolling) des chasseurs inuit - une expérience originale avec des élèves de troisième à saint-nazaire.

 

Ce sont ces techniques d’esquimautage que les élèves de la classe "qajaq" étudient. Gestes qui, dans les eaux glacées du Groenland, ne supportaient pas l’approximation. Gestes nécessairement fiables et beaux, car polis par les siècles d’une pratique journalière vitale. Si les kayaks utilisés par les élèves ne sont plus de peaux et de bois, la pagaie en revanche est bien la même que celle des esquimaux. Outil simple, d’un maniement subtil, elle invite les collégiens à puiser dans les techniques ancestrales le secret de son fonctionnement. En étudiant cette culture, les élèves acquièrent des savoirs utiles et rendent un hommage en actes à ces hommes valeureux du Grand Nord que la modernité a souvent regardé avec arrogance et condescendance. Qu’ils soient sur l’eau, ou en classe, deux questions les animent :

- Quelle est la place du qajaq dans la culture inuk ? 

- Quelle est la place de la culture inuk dans leur pratique du kayak ?

KAYAK DE MER EN 3ÈME


La vidéo de la semaine

À la découverte des gestes oubliés...


Dans les eaux glacées du Grand Nord, le kayak n’était pas une embarcation de loisir mais un objet de la vie et parfois même de survie. Conçu pour la chasse des mammifères marins, il était rapide, silencieux et bas sur l’eau. Toujours construite aux dimensions de son propriétaire, l’embarcation était furtive mais instable. Pour faire face aux chavirages, les chasseurs groenlandais avaient inventé un répertoire de gestes inégalés pour se rétablir. Quelles que soient les circonstances du retournement, il existait une façon d’esquimauter. Seuls les plus aboutis de ces gestes ont traversé les siècles. Aujourd’hui, si ces manœuvres sont un atout précieux pour la sécurité de ceux qui les maîtrisent, elles permettent aussi de  redécouvrir la culture inuk.

      Voir la vidéo

                                        Voir les autres vidéos

Film d’animationKyak.html